SLEEPERS

En février 2015, je fais une traversée sud-nord de l'Inde par le rail : 80h dans le Himsagar express qui part une fois par semaine de Kanyakumari, la pointe sud du pays, et qui remonte en zigzag jusqu'à Jammu, capitale d'hiver du Jammu-et-Cachemire.
Je photographie les passagers. Je regarde par la fenêtre, qui n'a pas de vitre. Je discute. Je saute sur les quais lorsque le train s'arrête, rarement plus de quelques minutes. Le train se remplit de pèlerins qui vont au Vaishno Devi près de Jammu, d'étudiants, de mendiants, de vendeurs ambulants, de travailleurs qui rentrent de vacances, mais surtout de militaires qui reviennent de permission.
Le Jammu-et-Cachemire est depuis plus de soixante ans l'objet d'un conflit territorial entre L'Inde et le Pakistan et, dans une moindre mesure, la Chine.
Je présente quelques images témoignant des ambiances respectives du point de départ et du point d'arrivée : depuis l'insouciance des plages du Sud jusqu'à l'austérité du Nord, sous tension militaire, évoqué simplement par un petit mémorial et un temple en construction, à l'allure plutôt sinistre.
Puis, essentiellement en noir et blanc, j'expose la traversée presque sans respiration, comme halluciné, du sous-continent indien. Je ne cherche pas la description, ni l'exhaustivité des situations, mais plutôt à rester fidèle à l'atmosphère du Himsagar express.
Les photographies de la série Sleepers font se rapprocher plusieurs réalités de l'Inde contemporaine, liées par l'unité d'un voyage en train, sans délaisser la part de rêverie qui caractérise tout voyage. Ainsi, Sleepers fait référence au nom de la classe dans laquelle je voyage, tout autant qu'à l'activité principale qui règne dans le train. Julien MINARD